SHON et SHOB: Surface de plancher hors oeuvre de la maison, brute SHOB, nette SHON

 

 

La surface de plancher, SHON et SHOB : tout qu’il faut savoir

Vous prévoyez de bâtir votre maison ? Pour cela, il est généralement nécessaire de demander une autorisation avant d’entamer une construction. De manière schématique, l’on pense généralement au permis de construire. Néanmoins, il s’agit seulement de l’une des autorisations d’urbanisme qui peuvent être nécessaires, comme le permis d’aménager, la déclaration préalable ou le permis de démolir. Cependant, la surface de plancher d’une construction revient souvent lorsqu’on rigide des dossiers pour obtenir les autorisations de construction. Mais la majorité de gens ne savent pas ce que c’est  ni comment la calculer bien qu’il s’agit d’un critère extrêmement important. Mais pour vous aider, voici notre focus complet sur la surface de plancher, le SHON, le SHOB. 

Le SHON et le SHOB

IL faut savoir que depuis 2012, les notions de SHON et de SHOB ont disparu des formulaires d’urbanisme. Cependant, ces 2 termes restent des éléments d’informations propres dans le monde de l’urbanisation. Mais si vous êtes de la vielle-école, vous êtes tombé sur la bonne page. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le SHON et la SHOB.

 Le SHON

Utilisé en droit de l’urbanisme, le SHON ou la surface Hors Œuvre Nette est une information nécessaire à l’obtention d’un permis de construction. Elle est égale à la somme des surfaces des planchers de chaque niveau moins tout ce qui n’est pas aménageable tels que les sous-sols, les toitures, les balcons, etc. 

Le SHOB

La SHOB, ou Surface Hors Œuvre Brute, est une notion qui désigne la somme des surfaces d’une habitation en additionnant les surfaces au sol de chacun des niveaux de l’habitation. Dans le calcul de la SHOB, les murs et les cloisons sont également pris en compte. Dans le calcul de Surface Hors Œuvre Brute, les espaces extérieurs en prolongement tels que les balcons, les loggias ou les coursives sont également pris en compte, tout comme la surface au sol des combles et ce même s’ils ne sont pas aménagés.

Autres fonctions du SHON et SHOB

La SHON est une surface calculée essentiellement à des fins administratives. Elle avait pourtant à l’origine une signification pratique plus importante, car elle reflétait mieux la réalité des surfaces édifiées. Mais son adaptation, quelque peu artificielle, aux évolutions des règlementations thermiques ou d’accessibilités handicapées (voir les 2 dernières déductions ci-dessus) la prive peu à peu de toute signification technique. Il faut savoir en effet que de nombreux professionnels se servent de la SHON pour porter un jugement sur la qualité de coefficients de rendement de plans. Le rapport entre SHOB, SHON, surface habitable. Par ailleurs, elles servent également pour déterminer la valeur d’une proposition foncière.

Bien que la SHON et la SHOB ne soient plus des termes récents, elles restent néanmoins des informations très utilisées dans secteur de l’immobilier. Cependant, pour remplacer à ces 2 termes, il y a aujourd’hui la surface de plancher. Il s’agit d’un vocabulaire qui substitue directement le SHON et le SHOB dans la pratique où elles restent des éléments capitaux pour la régularisation des documents et de l’obtention des permis de construction diverse. Si vous êtes nouveau à ce terme, lisez la suite pour découvrir la surface de plancher dans son intégralité.

La surface de plancher d’une construction

Auparavant appliquée sous la forme de Surface Hors Œuvre Brute (SHOB) et Surface Hors Œuvre Nette (SHON), la surface de plancher a fait son apparition en 2011 avec l’Ordonnance n° 2011-1539. Mise en vigueur le 1er mars 2012, la surface de plancher est utilisée pour calculer les surfaces prises en compte pour l’obtention d’un permis de construire et autre autorisation d’urbanisme. Selon le code de l’urbanisme, la surface de plancher est égale à la somme des surfaces de planchers de chaque niveau clos et couvert d’une construction. Elle s’entend de la somme des surfaces de plancher closes et couvertes, sous une hauteur de plafond supérieure à 1,80 m, calculée à partir du nu intérieur des façades du bâtiment. 

Comment calculer la surface de plancher ?

Pour calculer la surface de plancher, il faut prendre en compte l’ensemble des surfaces de chaque niveau clos et couvert d’une construction, dont la hauteur sous plafond est supérieure à 1,80 m, et déduire certains éléments. Un espace est considéré comme clos lorsqu’il y a impossibilité de franchissement. Toutes les surfaces fermées par des menuiseries, des persiennes ou des grilles et possédant une toiture sont donc prises en compte. Les balcons et terrasses n’entrent pas dans le calcul. La surface de plancher se mesure à l’intérieur des murs nus de la façade de construction. On ne prend en compte ni l’épaisseur des murs extérieurs ni celle des matériaux isolants.

Les mesures à déduire

Les mesures à déduire constituent un grand nombre d’éléments à prendre en compte. Cependant, vous ne devez l’effectuer qu’une fois le calcul pour chaque niveau de la construction faite. Voici la liste de ce qu’il faut déduire. L’épaisseur des murs au niveau des embrasures des portes et fenêtres donnant sur l’extérieur, les vides et des trémies correspondant aux escaliers et aux ascenseurs, les surfaces dont la hauteur sous plafond est inférieure ou égale à 1,80 mètre, les zones dédiées au stationnement des véhicules garages, zones de stationnement en sous-sol, les surfaces de combles non aménageables. Pour les logements collectifs, on déduit également : les surfaces de plancher des locaux techniques de stockage des déchets, les surfaces de plancher des caves ou des celliers s’ils sont desservis uniquement par une partie commune, 10 % des surfaces de plancher destinées à un usage d’habitation si les logements sont desservis par des parties communes intérieures. Selon ces critères, de nombreux éléments sont donc pris en compte dans le calcul de la surface de plancher : les cloisons intérieures ; les placards ; les conduits et foyers de cheminée ; les combles aménagés et aménageables ainsi que les caves, dès lors que la hauteur sous plafond est supérieure à 1,80 mètre, les loggias et vérandas, les annexes et abris de jardin, etc.

L’importance de calculer la surface de plancher

La surface de plancher permet de savoir quel type d’autorisation d’urbanisme est nécessaire lorsque l’on souhaite entreprendre un projet tel qu’une construction neuve, l’agrandissement d’une construction existante, la rénovation d’une maison, la construction d’une annexe ou d’un abri de jardin. C’est une notion essentielle à prendre en compte dans le calcul de la constructibilité d’un terrain. Il faut par ailleurs savoir que, pour une demande de permis de construire, la surface de plancher est indissociable de la surface d’emprise au sol. Ces pour ces raisons que faire calculer la surface de plancher reste une étape importante.