Plan de maison adaptée au handicap

Tout savoir sur le plan de maison adaptée au handicap et les normes PMR

Les maisons individuelles qui ont pour vocation d’être louées ou vendues et dont le permis de construire a été délivré après le 1er janvier 2010 doivent respecter des normes précises quant à l’accessibilité des personnes présentant un handicap. Les règles de conception d’un plan de maison adaptée à tous considèrent de nombreux types de handicaps, dont la mobilité réduite et les déficiences sensorielles. Cependant, elles se basent surtout sur la nécessité de faciliter l’usage et la circulation d’un fauteuil roulant.

Ces contraintes de construction excluent les maisons individuelles qui sont destinées à l’usage exclusif du propriétaire, comme résidence principale ou secondaire. Toutefois, il faut savoir qu’à un moment donné, tout le monde peut subir un handicap. Cela se produit par exemple dans le cas d’une femme qui tombe enceinte ou d’une personne qui a une jambe cassée. D’ailleurs, avec l’âge, la perte de mobilité nécessite de faire appel à des béquilles ou un déambulateur.

Dans ces cas, l’on est bien content d’avoir pensé à construire une maison dont l’accessibilité est facilitée. Si vous voulez profiter de ce type d’habitation, nous vous invitons à en savoir plus les normes de construction PMR. En effet, accorder le plan de sa future maison à ces dernières permet de s’assurer un avenir confortable et un bien-être durable.

Qu’est-ce qu’un plan de maison adaptée au handicap ?

Un plan de maison convient à l’invalidité quand il facilite l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Les règles de construction à prendre en compte sont réunies dans les normes PMR qui se base sur la Loi handicap du 11 février 2005. Cette dernière instaure notamment l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées.

Un plan de maison répondant à des exigences précises et légales

Tous les projets de construction de maison à usage locatif doivent obligatoirement respecter les règles d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite ou normes PMR. De plus, les investissements locatifs doivent pouvoir répondre aux besoins de tout le monde, sans faire de discrimination d’infirmité. Ainsi, la notion de mobilité réduite inclut les difficultés à se déplacer qui sont engendrées par un état physiologique ou de capacités restreintes après un accident. La cécité partielle ou totale et la surdité sont aussi considérées comme des handicaps. D’ailleurs, ces derniers peuvent être passagers ou permanents. Les femmes enceintes et les personnes âgées sont également considérées comme étant des PMR.

Dans le secteur du BTP, de nombreux modèles de maisons bénéficient actuellement de l’appellation PMR. En effet, le secteur a démocratisé ce terme pour présenter des principes de conception et d’aménagement qui répondent à ces normes.

Toutefois, si vous souhaitez faire construire la maison de vos rêves en choisissant un plan adapté aux personnes handicapées, vous devez vérifier que l’architecte ou le constructeur de maison vous fournira une attestation PMR à fin des travaux. Si vous voulez bâtir vous-même votre maison familiale en prenant en compte les normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, vous devez d’ailleurs le mentionner dans votre demande de permis de construire. Après le chantier, vous devez faire contrôler l’espace de vie par un professionnel du BTP qui vous délivrera l’attestation en question. Ce rapport de conformité doit ensuite être joint à la déclaration d’achèvement des travaux.

Les spécificités d’un plan de maison adaptée au handicap

Les plans de maison neuve doivent répondre à des règles d’aménagement spécifiques pour être adaptés au handicap et bénéficier d’une attestation PMR. Ils doivent notamment faciliter l’accès, la circulation et l’utilisation aux personnes à mobilité réduite. D’ailleurs, ce sont les mêmes normes obligatoires qui régissent l’aménagement des lieux publics qui sont intégrées aux maisons individuelles ou à usage collectif prévues à la location et à la revente. Bien qu’aucune législation ne soit établie pour les modèles de maison à vocation privative, le respect des mêmes règles d’accessibilité est contrôlé pour la délivrance de l’attestation PMR.

Le plan maison contemporaine que vous voulez dessiner selon ces normes doit notamment simplifier l’accès des voiries intérieures et extérieures, des stationnements et du garage. L’usage des portes et des portails doit également être facilité. Des règles de conception spécifiques régissent aussi les balcons et les terrasses, ainsi que les salles de bains et les cuisines pour l’octroi d’une attestation de conformité PMR. De plus, il ne faut pas non plus oublier de prévoir des dispositifs de commande adaptés aux personnes handicapées. Cela inclut notamment les prises de courant et les interrupteurs, les systèmes des volets…

Il est judicieux de penser à la normalisation PMR dès la conception du plan maison à étage ou plain pied. En effet, si des anomalies ou des non-conformités sont détectées lors du contrôle, la réalisation des correctifs peut s’avérer extrêmement onéreuse, voire impossible. En particulier, la largeur des couloirs, des accès et des portes est très difficile à rectifier après l’achèvement des travaux.

Comment concevoir un plan de maison répondant aux besoins des personnes handicapées ?

Certaines maisons d’architecte sont déjà pensées pour être adaptées aux handicaps. Toutefois, vous pouvez personnaliser les plans de maison neuve pour bénéficier d’une demeure à votre image. Nous vous conseillons par contre d’opter pour un plan maison plain pied qui offre la solution la plus pratique aux personnes à mobilité réduite. Voici quelques recommandations pour concevoir ce type de logement.

Un plan maison moderne avec des accès facilités pour les handicapés

Pour tous les individus qui présentent un handicap, il est essentiel de simplifier le cheminement vers la maison neuve. Ainsi, les accès doivent être pensés pour les occupants à mobilité réduite, partiellement ou complètement aveugles, malentendants et les personnes âgées. Les installations extérieures doivent notamment faciliter la circulation et le repérage pour leur permettre de rentrer aisément chez eux. En général, la première solution est de poser sur le sol des repères physiques ou tactiles. Ces installations assurent aux occupants de trouver leurs chemins jusqu’à la porte d’entrée de leurs domiciles.

Toutefois, ces dispositifs doivent éviter de faire trébucher le pied, la canne et le fauteuil roulant. Ils sont ainsi conçus avec certains matériaux spécifiques et doivent être implantés au niveau d’une plate-bande, des bordures ou des murets qui longent le cheminement. Par ailleurs, ce dernier ne doit pas présenter une pente supérieure à 5 % et offrir une largeur adaptée à la circulation des fauteuils roulants. Il est d’ailleurs recommandé de concevoir des allées plaines et rectilignes avec le plan maison plain-pied pour éviter les éventuels risques de chute. De plus, le revêtement des cheminements ne doit pas être meuble, tout en faisant profiter de propriétés antidérapantes sous la pluie. D’autre part, les stationnements et garages doivent être implantés le plus près possible du logement, avec une largeur minimale de 3,30 m.

Par ailleurs, pour permettre aux personnes handicapées de rentrer facilement chez elles, le portail doit être assez spacieuse pour le passage d’un fauteuil roulant ou d’un déambulateur. Il faut également s’assurer qu’aucun obstacle gênant ne soit situé dans le cheminement. Dans le cas où une dénivellation doit y être franchie, il est essentiel d’y installer une main courante. D’ailleurs, les portes doivent être de plain pied et ne présenter ni marche ni débords, tout en étant bien larges pour permettre l’accès aux jardins, balcons, terrasses, loggias… Ces portes doivent aussi proposer une ouverture d’au moins 90 °, tout en offrant un accès et une manœuvre faciles des poignées.

Un plan maison individuelle avec un espace de vie spécialement aménagé pour les handicaps

Le principal objectif de l’aménagement de l’intérieur d’une maison neuve conforme aux normes d’accessibilité PMR concerne la circulation des personnes. En effet, les déplacements doivent y être faciles et fluides. Pour cela, les passages de portes, les couloirs, les escaliers et les dégagements doivent au moins avoir 0,90 m de largeur. Dans le cas des maisons à étages, certaines solutions doivent être mises en œuvre pour permettre l’accès à toutes les pièces. En particulier, vous pouvez y installer un monte-escalier qui se compose d’un siège guidé par une rampe pour relier facilement les étages. Pour les déplacements en fauteuil roulant, il est par contre nécessaire d’opter pour une plateforme élévatrice. Toutefois, une main courante est toujours exigée à une hauteur comprise entre 0,80 m et 1 m. De plus, la hauteur des marches ne doit pas dépasser 18 cm.

D’autre part, toutes les poignées de porte et les commandes doivent être installées entre 0,75 m et 1,30 m de hauteur dans la maison à construire suivant les normes PMR. Cela inclut notamment les commandes d’éclairage, de chauffage et de volets roulants… De plus, les systèmes de coupure d’urgence du gaz, de l’eau et de l’électricité doivent aussi être installés à l’intérieur du plan de maison.

Des modèles de maisons avec des pièces de vie et des espaces nuit conformes aux normes PMR

Les cuisines doivent être particulièrement pensées pour qu’elles soient simples à utiliser par les personnes handicapées. En effet, il faut qu’elles puissent facilement se préparer à manger. D’ailleurs, il s’avère que l’on passe une grande partie de nos journées dans les cuisines. Ainsi, le plan de travail et les appareils électroménagers devront notamment avoir un niveau plus basse. De plus, les équipements, dont la plaque de cuisson et le four, doivent avoir des boutons situés sur la façade avant pour en faciliter l’usage. Il faut aussi penser à ne pas mettre de rangements en hauteur et à choisir des modèles à ouvertures coulissantes. L’installation d’un évier suspendu est également conseillée pour en garantir l’accès par les personnes en fauteuil roulant qui doivent passer leurs jambes en dessous.

Parmi les pièces de vie qui requièrent une conception spéciale, la salle de bain des maisons contemporaines doit respecter des normes d’accessibilité précises. En particulier, opter pour une spacieuse douche à l’italienne ou à une baignoire à porte. Des barres de soutien et des rampes doivent également être installées dans la baignoire, dans la douche et près des w.c. De plus, il faut s’assurer que les fauteuils roulants y disposent d’assez d’espace pour faire demi-tour. D’ailleurs, tout doit y être disponible sans marche ni bords.

D’autre part, les chambres et les pièces de vie doivent permettre de bénéficier d’une vue plongeante sur l’extérieur, grâce à des cadres de fenêtres particulièrement bas. Ces dernières doivent en effet être accessibles en position assise. Il faut donc penser à équiper les balcons et terrasses de garde-corps ajourés ou d’allèges vitrées pour ne pas gêner la vue. De plus, les hauteurs de seuils des portes-fenêtres et des baies vitrées ne doivent pas mesurer plus de 2 cm. Dans la chambre, il faut particulièrement assurer l’accès du lit depuis les trois côtés, avec un espace d’au moins 1,2 m.

Quels sont les aménagements spécifiques à chaque handicap à intégrer dans un plan maison ?

En fonction du handicap de l’occupant, un plan maison individuelle peut requérir certains dispositifs particuliers. En effet, même si les besoins généraux des personnes à mobilité réduite sont pris en compte par les normes d’accessibilité PMR, quelques installations supplémentaires peuvent être nécessaires à certains individus en fonction de leurs déficits moteurs, physiologiques ou mentaux.

Plan de maison contemporaine adapté au handicap physique

Le handicap physique englobe de nombreux cas, dont les conséquences et les implications sur l’usage d’une maison architecte présentent une forte disparité. Il se rapporte généralement aux personnes qui se déplacent en fauteuil roulant, avec des cannes, un déambulateur… Toutefois, il ne faut pas oublier les personnes âgées, enceintes, souffrantes d’obésité, de petite taille… Les individus concernés peuvent être atteints de paraplégie, myopathie, tétraplégie, hémiplégie..

Les gens présentant un handicap physique ont des difficultés à rester en stationnement debout sans appui, à se déplacer sur des sols meubles, inégaux ou glissants, à franchir des dénivelés et des obstacles, et à passer par des issues étroites. Elles peuvent être incapables d’accéder ou d’utiliser les équipements classiques d’une maison individuelle et de se mouvoir sur de longues distances.

Pour ce genre de handicap, il est nécessaire d’optimiser les espaces de vie et de manœuvre pour les fauteuils roulants, les cannes et les déambulateurs. La qualité des allées doit également être soignée concernant le type de revêtement, la linéarité et l’aplanissement. De plus, le déficit moteur requiert aussi de choisir et de mettre en place des éléments adaptés dans la maison à construire, comme les poignées de porte, les commandes, les appareils électroménagers, les équipements sanitaires…

Plan maison plain pied pour le handicap sensoriel

Le handicap sensoriel concerne les individus ayant des troubles de l’audition, malentendants, malvoyants et les personnes aveugles. Il peut se présenter à travers diverses formes, dont l’absence totale de vision ou d’écoute, une vision floue, des acouphènes…

Les déficits visuels empêchent notamment de se repérer et de s’orienter à l’intérieur et à l’extérieur d’une maison à étage ou plain pied. Ils ne permettent pas non plus aux personnes concernées de détecter les obstacles durant leurs déplacements. Pour répondre aux besoins des individus touchés par un handicap visuel, il est essentiel de concevoir un plan de maison incluant des guidages et des repérages. Le choix des équipements d’éclairage, de la qualité des vitres et de la peinture murale nécessite une étude particulière.

D’autre part, les déficits auditifs empêchent l’accès aux informations sonores. Pour y répondre, les espaces de vie intérieurs et extérieurs doivent proposer des dispositifs de signalisation et de communication adaptés.